3 SOLOS CENTENAIRES à La Ruche d’Arras

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La Compagnie Avec Vue sur la Mer vous propose 3 Solos Centenaires :
Discours de la Servitude Volontaire / Cité Babel / Tempus Tic Tac

Les 12, 13 et 14 décembre 2016 à 19h00
LA RUCHE – MAISON DE L’ÉTUDIANT - Université d’Artois – Arras

Être et devenir

L’espérance de vie d’une création théâtrale, en tout cas dans notre pays, est malheureusement très courte. Cela n’a rien à voir avec la qualité artistique du travail et cela pose le problème récurrent du rapport « production/coproduction/pré-achat/diffusion ». Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet mais réservons ce débat pour un autre temps, comme aurait dit La Boëtie.

La vie de la Cie Avec vue sur la mer a connu des fortunes diverses en termes de diffusion. Quatre spectacles cependant ont connu (et connaissent encore pour trois d’entre eux) une longévité remarquable : Où est passé mon chandail islandais ?, Tempus Tic Tac, Cité Babel et le Discours de la Servitude Volontaire. Largement plus de 100 dates pour chacun de ces spectacles. Points communs : quatre comédiens exceptionnels et quatre… solos ! Il est évident qu’un solo est plus facile à diffuser qu’un spectacle à grande distribution. Ne serait-ce que du fait qu’il peut intéresser un nombre beaucoup plus grand de diffuseurs (conditions techniques légères et prix de vente relativement modestes). Le solo a un autre avantage, pour ce qui est de la longévité de sa diffusion : ou le/la comédien-ne est libre ou il/elle ne l’est pas. Souvent les reprises de spectacle à grande voire moyenne distribution posent des problèmes complexes de disponibilités, de reprises de rôle… chronophage et budgétivore !

De nos quatre solos, seul Où est passé mon chandail islandais ? ne se joue plus et ce, pour une raison purement artistique : le comédien (l’excellent Roland Depauw) a largement dépassé l’âge du personnage de la nouvelle du grand auteur suédois Stig Dagerman.

Les trois autres (créés en 2003, 2006 et 2011) se jouent toujours. Ils totalisent ensemble plus de 450 représentations (et, au bas mot, 50 000 spectateurs/trices). France, Belgique, Suisse, Tunisie, Algérie… Festivals, Théâtres nationaux, Centres dramatiques, Scènes nationales, Théâtres conventionnés ou municipaux, Centres culturels mais aussi Centres sociaux, Lycées et Collèges. Eh oui ! le solo, la « forme légère » peut se jouer à peu près n’importe où et toucher des publics qui ne fréquentent pas naturellement les lieux culturels. C’est ce que nous appelons le « aller vers » (différent et complémentaire du « faire venir »). D’ailleurs, n’ayons pas peur de parler de travail militant. Au contraire même, revendiquons ce terme. Nous sommes très attachés à la notion d’éducation populaire. Par-là, nous entendons non pas éduquer le peuple (de quel droit !) mais faire en sorte d’amener partout où cela est possible de grands textes et des propositions artistiques qui ouvrent des portes sur la raison, qui mettent de la pensée en mouvement, qui peuvent contribuer à la construction et à la socialisation des citoyen-ne-s, cela n’excluant ni la poésie ni l’émotion bien entendu.

Il nous semble que cet engagement fait partie intégrante de notre mission de service public, encore plus aujourd‘hui qu’hier. Quand nous repensons aux résultats des dernières élections régionales chez nous, quand nous voyons aux États-Unis, que 16 ans de présidence démocrate dont deux mandats de Barack Obama débouchent sur l’arrivée à la tête du pays d’un milliardaire ex-animateur de téléréalité pour le moins inquiétant, quand l’économie est érigée par certains au rang de science exacte, quand nous voyons resurgir les obscurantismes religieux, un seul mot nous vient à l’esprit : EDUCATION. Sur ce point, nous rejoignons d’ailleurs aussi bien Douglas Kennedy, romancier étatsunien, qu’Oliver Py, directeur du Festival d’Avignon ou Robin Renucci, directeur des Tréteaux de France, Centre dramatique national, ardents défenseurs d’un travail nécessaire entre art, éducation et culture. Nous ne changerons pas le monde, nous le savons très bien, mais il est de notre devoir d’apporter inlassablement et partout de la poésie et de la pensée ! Alors, avant de nous lancer dans de nouvelles aventures, souhaitons encore longue vie à ces chers solos centenaires !

Alors que je cherchais vainement une phrase forte en guise de conclusion, j’ai retrouvé par hasard ces mots de la grande actrice hollywoodienne Myrna Loy : « La vie ce n’est pas d’avoir et obtenir, mais être et devenir ». Comment mieux conclure ? Merci Myrna !

3 SOLOS CENTENAIRES

> Discours de la Servitude Volontaire - le 12 décembre 2016 à 19h00

Vers 1550, un jeune homme de 17 ans, Etienne de La Boëtie, écrit un texte lumineux qui sera salué de siècle en siècle, de Montaigne à… Boris Cyrulnik. Qu’est-ce qui fait qu’un peuple tout entier se laisse asservir ? Et que doit-il faire, ce peuple, pour recouvrer sa liberté ? En humaniste, sociologue, psychologue des masses avant l’heure, La Boëtie explore les mécanismes de la tyrannie bien sûr mais surtout notre rapport ambigu au pouvoir et à la soumission. Éclairant, limpide et furieusement d’actualité !

d’Étienne de LA BOËTIE - Traduction en français moderne Séverine AUFFRET (Éditions Fayard,1995) / Adaptation et mise en scène : Stéphane VERRUE / Avec François CLAVIER / Production : Cie Avec Vue sur La Mer / Remerciements : La Comédie de Béthune, Centre dramatique national Nord-Pas de Calais

Création à Arras (Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale/Médiathèque) le 1er mai 2011.

PLUS DE 130 REPRÉSENTATIONS

________________________________________

> Cité Babel - le 13 décembre 2016 à 19h00

Cité Babel, est le récit du comédien Rachid Bouali, sur son quartier de La Lionderie à Hem. Il y a passé son enfance. Il se souvient, il collecte, il rêve aussi. Il raconte et rejoue avec humour et tendresse, des anecdotes picaresques, des personnages invraisemblables, les combines, rites, initiations, fabulations. Quand l’intime touche à l’universel… Chaque cité comme tour de Babel.

Écriture et interprétation : Rachid Bouali / Co-écriture et mise en scène : Stéphane Verrue / Production : Cie la Langue pendue / Coproduction : Cie Avec Vue sur La Mer et Centre des Arts du Récit en Isère / Spectacle soutenu par le Conseil Régional et la DRAC Nord-Pas de Calais et le Conseil Départemental Pas de Calais.

Création à Arras (Hôtel de Guînes) en 2006.

PLUS DE 200 REPRÉSENTATIONS

________________________________________

> Tempus Tic Tac - le 14 décembre 2016 à 19h00

Tempus Tic Tac est une vraie / fausse conférence grave et drolatique sur… le temps en une heure pile ! Anecdotes, récits, aphorismes, poésies, chansonnettes… et convocation des plus grands : Proust, Baudelaire, Beckett, Shakespeare, Chateaubriand, Saint-Augustin.

Texte et mise en scène Stéphane Verrue et avec Djamel Hadjamar / Production : Cie Avec Vue sur La Mer / Coproduction : Théâtre d’Arras, scène conventionnée théâtre et musique ; Droit de cité, association intercommunale de développement culturel sur le bassin minier / Remerciements : Théâtre de l’Aventure à Hem, Centre socio-éducatif de Wattrelos et office culturel Hesdinois

Création à Arras en 2003. Avant-Première à Hesdin.

PLUS DE 120 REPRÉSENTATIONS

________________________________________

Contacts

Compagnie AVEC VUE SUR LA MER - 3 avenue Jean Jaurès - 62000 ARRAS
Tél. 03 21 71 92 51 / 06 03 32 09 03 - contact@cieavecvuesurlamer.org - www.cieavecvuesurlamer.org

LA RUCHE – MAISON DE L’ÉTUDIANT - Université d’Artois - Rue Raoul François - Arras

ENTRÉE GRATUITE – RÉSERVATION OBLIGATOIRE / Tél. 03 21 60 49 49 - culture@univ-artois.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »